En Bref !

Explosion d’un marché d'artifices à Tultepec - Conditions de vente en France

Artifices – Exigences du Code de la défense relatives aux installations de vente au détail

SEVESO III

Rappel de la date butoir de recensement des substances et mélanges des établissement.

Le 15ème symposium international des feux d’artifices de Bordeaux


Directive 2008-43 :

Exigences de traçabilité des explosifs applicable depuis le 5 avril 2015.

Mise sur le marché des produits explosifs et articles pyrotechniques

Le processus de transposition des Directives européennes 2013/29/UE, 2014/28/UE et 2014/58/UE est terminé.


Site multi-employeurs


Application de REACH aux Artifices de Divertissement


7ème édition du Dictionnaire de Pyrotechnie

La 7ème édition du Dictionnaire de Pyrotechnie du GTPS est disponible !

8èmes Journées Paul Vieille

Les huitièmes journées Paul VIEILLE organisées par l'AF3P se tiendront les 11 et 12 octobre prochains à l'école militaire de Paris.

Quelques chiffres
Le chiffre d'affaires du secteur atteint 80 à 110 M€. Plus de 95 % des produits sont importés (surtout de Chine, mais aussi d’Espagne ou d’Italie…). La production et la distribution de gros emploient plusieurs centaines de personnes, alors que la préparation des spectacles pyrotechniques et des tirs est réalisée par plusieurs centaines d’ artificiers "réguliers" et plusieurs milliers "d'occasionnels".

alt

 

alt
alt
Les utilisateurs familiaux sont probablement plusieurs millions, et les amateurs de spectacles pyrotechniques certainement encore plus.

Les activités sont essentiellement orientées vers le négoce et la distribution mais les prestations englobant a conception de
spectacles pyro-musicaux se développent, 
à l'initiative des entreprises ou de leurs réseaux de distribution.

D'une façon globale le marché se répartit entre 30 à 40% pour le grand public et 60 à 70% pour les artifices professionnels et les prestations de tirs (hors les activités des sociétés ne faisant que du spectacle).
 
Quant aux feux d'artifice mis en œuvre annuellement en France on en estime le nombre à plus de 12 000 dont près de 8 000 comporteraient des artifices K4.
En comptant qu'un "feu d'artifice" comporte entre 200 et 1000 artifices selon sa durée, on parvient à plus de 1.2 million d'unités consommées chaque année en France.
L’avenir de ce marché, hautement réglementé, dépend :

alt

de la prise en compte par l’administration des caractéristiques des artifices dans la réglementation : les produits de divertissement sont destinés à un très large public, très saisonnier et largement vendus dans la GMS (Grande et Moyenne Surface),

alt

de la capacité des acteurs du marché à se conformer à une réglementation de plus en plus stricte et dont le contrôle de l'application devient de plus en plus fréquent,

alt

de l’entrée en vigueur d’une directive européenne sur le marquage CE qui impose des exigences minimum de sécurité à la conception, des conditions d'homologation nouvelles, et qui autorisera une plus libre circulation de ces produits.


Il est difficile d'évaluer les résultats économiques du secteur compte tenu de la multiplicité des intervenants, mais ils sont très moyens pour ceux qui s'efforcent de respecter les réglementations, en raison des coûts inhérents à celle-ci.